L’hôpital de Villeneuve-Saint-Georges inaugure le vestiaire 3.0

C’est une première en France côté hôpitaux publics. Le CHI de Villeneuve-Saint-Georges, après avoir mis en place un distributeur de tenues, vient aussi de s’équiper d’un vestiaire automatisé. Grâce à cet investissement, l’établissement francilien fait coup double. Il va récupérer de précieux mètres carrés dans le cadre d’un programme de réhabilitation et améliorer la qualité de vie au travail de son personnel avec un système rapide de rangement et des locaux plus confortables afin de se changer. Visite en avant-première aux côtés de Valentin Simon, directeur des achats et de la logistique.

© JMB

Changement de décor radical dans les sous-sols de l’hôpital intercommunal de Villeneuve-Saint-Georges (CHIV). Aux oubliettes bientôt les anciens espaces exigus remplis de casiers métalliques, où se changeait jusqu’ici chaque jour la majeure partie des agents. Depuis le 15 juin, l’établissement val-de-marnais dispose d’un vestiaire flambant neuf doté d’un système automatisé permettant au personnel de remiser leurs vêtements en toute sécurité.

Récupérer des mètres carrés

Tout commence en septembre 2020 lorsque la direction des achats et de la logistique rencontre la direction des investissements et de la stratégie patrimoniale qui prépare un vaste programme de réhabilitation du bâtiment vertical, construit entre 1965 et 1970. L’opération remettra les lieux aux normes et améliorera la qualité hôtelière avec, entre autres, l’augmentation du nombre de chambres individuelles.

Les anciens vestiaires © JMB

La recherche de mètres carrés devient vite un sujet majeur. La problématique des vestiaires entre alors dans la danse. Les espaces dédiés au changement de tenues sont disséminés un peu partout. En sous-sol, 725 casiers sont répartis dans une demi-douzaine de locaux désuets et peu pratiques. Et 562 autres implantés au fil du temps dans les étages, notamment au 2e niveau de l’immeuble de grande hauteur (IGH). « En raison du manque de place, il était impossible d’envisager une extension pour les vestiaires », commente Valentin Simon, directeur des achats et de la logistique du CHIV.

 

Distribution automatique et vestiaire new-look

© JMB

Le besoin pressant de foncier incite Aurélien Taba, responsable des fonctions hôtelières, à proposer l’installation d’un vestiaire automatisé. « Notre projet de distributeur automatique des tenues, qui s’est concrétisé en février 2021, lui avait permis de découvrir cette solution », enchaîne Valentin Simon. Le CHIV décide alors non seulement d’investir dans une technique identique, cette fois pour entreposer les vêtements personnels, mais aussi de relooker entièrement l’un de ses vestiaires souterrains pour le transformer en salle de change, à terme utilisé par tous les agents.

© JMB

D’une superficie de 242 m2, le nouvel espace comprend trois parties. La première est consacrée aux distributeurs. En appliquant son badge sur un lecteur, l’agent appelle automatiquement une housse qui lui est réservée et marquée de son numéro matricule. Puis il se rend dans une zone mitoyenne, comprenant des sanitaires et 16 cabines similaires à celles des piscines.

 

Des cabines pour plus d’intimité © JMB

De quoi garantir l’intimité des agents. « Si elles sont utilisées au même moment, nous avons prévu pour le personnel féminin, qui représente 80 % du personnel, un vestiaire collectif adjacent qui lui est réservé et qui a été décoré par un artiste », ajoute Valentin Simon. Après avoir revêtu sa tenue hospitalière et entreposé ses affaires, l’agent retourne au distributeur qui va stocker sa housse en lieu sûr.

 

Un espace sécurisé

Valentin Simon avec une nouvelle housse © JMB

L’aspect sécurité a évidemment été étudié dans les moindres détails. Afin de limiter les intrusions, l’espace est uniquement accessible par badge. La zone de distribution est surveillée par des caméras. Et pour interdire tout vol, un seul emplacement de housse est à portée de main lors de la distribution des housses. « On ne peut pas récupérer une housse voisine », garantit Valentin Simon, en joignant le geste à la parole lors d’une démonstration. En complément, des petits casiers destinés aux objets précieux et portefeuilles, clefs et portables, ont été implantés dans les étages.

Le risque d’embouteillage a également été anticipé. « Nous avons estimé les flux de départs et d’arrivées des équipes et réalisé des simulations avec la direction des soins. Nous sommes sereins sur le sujet, en raison de la diversité des horaires de travail à l’hôpital et du temps de délivrance de la housse, en moyenne de 15 secondes », explique le directeur des achats et de la logistique du CHIV. Afin de garantir la fluidité du service, les agents d’une même équipe sont répartis sur des portes de distribution différentes (il y en a 7 au total pour une capacité maximale de 1701 housses).

22 % de rangements en plus

Les portes de distribution © JMB

L’investissement total (machinerie, housse, travaux, rénovation de l’espace) n’est pas négligeable puisqu’il atteint près de 650 000 euros. Mais le CHIV a récupéré une surface utile de 470 m2 dans les étages pour des activités tertiaires et cliniques, ainsi qu’un ancien local souterrain pour l’agrandissement du magasin de la pharmacie. Et il va pouvoir offrir un vestiaire agréable et ergonomique à tous les agents, y compris les externes et les stagiaires.

« Le nouveau système nous permet d’augmenter de 22 % le nombre de rangements disponibles », chiffre le directeur des achats et de la logistique, « tout le monde y gagne ». Testé actuellement par l’équipe externalisée du nettoyage et la logistique, ce vestiaire digne du 21e siècle sera progressivement ouvert à l’ensemble des services à partir de la rentrée.

Réagir à cet article

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.