La digitalisation dope la fonction achats

Numériser sa fonction achat est un excellent investissement, à en croire l’enquête internationale menée par SAP et le cabinet Oxford Economics auprès d’un millier de professionnels.  Facteur d’efficacité, et de meilleure gestion des fournisseurs, la transformation digitale procure aussi une précieuse aide à la décision.

© Epictura

Objet d’innombrables colloques et conférences, la digitalisation des achats est pourtant loin d’être généralisée. Selon une étude menée en juin 2020 par SAP et Oxford Economics auprès de 1000 responsables achats et supply chain du secteur privé et public dans 23 pays (Asie-Pacifique/Europe/Amérique latine/Amérique du Nord), 37 % des personnes interrogées déclarent que la plupart des processus achat restent manuels.

À peine plus de la moitié (51 %) a recours à des technologies analytiques basées sur l’intelligence artificielle (IA) pour analyser les données avant la prise de décision. Seuls 48 % des professionnels questionnés considèrent que leurs outils d’e-procurement leur permettent d’exécuter une modélisation de scénarii et une analyse par simulation avec des données quasiment en temps réel ou en temps réel.

Retour sur investissement

Pourtant, à en croire l’étude, la numérisation de la fonction achats est parée de bien des attraits dans un environnement marqué par des crises à répétition et des changements constants. L’enquête a identifié ce qu’elle appelle les « leaders »,  environ 10 % des dirigeants interrogés, en raison de leur transformation digitale plus avancée. Exemple : 99 % de ces leaders analysent leurs données avec l’aide d’IA.

Leurs investissements s’avèrent payants. 70 % de ces leaders (contre seulement 17 % des autres responsables) peuvent automatiquement accéder à une visibilité totale sur les dépenses globales en temps réel. Un appui précieux à l’aide à la décision.  82 % des leaders (contre 66 % des autres cadres) estiment que la transformation digitale de la fonction achats a amélioré l’efficacité opérationnelle, 81 % (contre 61 %) la gestion des performances des fournisseurs. 68 % des leaders (contre 60 des autres responsables) jugent que la numérisation a permis de réduire les coûts.

 

Réagir à cet article

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.