Florian Vinclair : « cerner le juste besoin pour rendre le meilleur des services »

Dès l’EHESP achevée, en 2016, Florian Vinclair choisit de s’orienter vers les achats. Sans regret aucun : plus encore qu’une direction, celui qui est désormais directeur des équipements, de la politique hôtelière et des achats du CHU de Limoges confirme progressivement sa voie et, derrière la fonction, salue une véritable mission.

Certes : on ne se rêve pas directeur des achats comme d’autres s’imaginent pompier. Mais le virus de l’hôpital public s’est néanmoins rapidement révélé pour Florian Vinclair, à travers des jobs d’été, « décisifs dans la mesure où ils m’ont permis de découvrir l’incroyable richesse des fonctions logistiques », appuie l’intéressé. Son Master 2 en administration des territoires et entreprises en poche, le voici donc quittant Rennes pour le centre hospitalier de La Rochelle où, en 2007, il devient cadre administratif de pôle, un rôle complexe qui fait déjà office de préparation pour l’avenir, un pied dans le conseil, l’autre dans le contrôle… Et c’est sur cette solide expérience que, six ans plus tard, conformément à ses ambitions, il se lance à l’assaut de l’EHESP pour en ressortir diplômé en mars 2016.

De l’acquisition à la prestation

« La direction des achats et de la logistique du centre hospitalier de Niort était vacante et, derrière l’opportunité, l’intérêt pour la fonction s’est immédiatement manifesté », raconte Florian Vinclair. Par-delà son importance pour la vitalité de l’ensemble, il prend la mesure de toutes les nouvelles responsabilités de ce cœur stratégique en matière de flux et de performance. Entre stratégie et pratique, ce poste sera donc sien, avec sa palette de savoir-faire et de savoir être : « Patients, soignants, fournisseurs… Il s’agit de comprendre et concilier les enjeux de chacun afin d’amener le collectif au « bon usage. »

Fini en effet le temps où l’acheteur passait « ses » marchés, seul devant ses catalogues. « En cinq ans, le temps avec les prestataires s’est peu à peu réduit au profit de celui du dialogue interne, fondé sur l’expérience utilisateur », explique le professionnel qui résume : « désormais, la fonction rime autant avec prestation qu’avec acquisition. » Mieux encore : elle rythme aussi la transition, revisitant ici les consommations, réformant là les pratiques et, partout, favorisant la coordination.

Une nouvelle philosophie

Devenu en août dernier le directeur des équipements, de la politique hôtelière et des achats du CHU de Limoges, Florian Vinclair lit d’ailleurs à cet intitulé toute l’évolution du poste. « S’y déchiffrent d’abord l’inscription au sein du GHT (18 établissements, 280 millions d’euros de budget achats) comme la volonté de considérer le produit dans sa durabilité, surveillance et maintenance comprises. »

Mais, surtout, le titre positionne d’emblée le patient au cœur de la logistique, faisant du métier une véritable profession… de foi. Pas étonnant donc s’il lui a donné l’envie d’un nouveau chapitre professionnel : « L’achat en coût complet dessine une nouvelle philosophie plus encore qu’une méthodologie. Le patient y retrouve sa place, les équipes le sens de leur engagement et le directeur des achats une autre façon d’exercer, en interaction avec les soignants et les soignés. »

Aux bonnes fonctions

Si le pilotage de projets est ainsi devenu le quotidien des achats, la feuille de route du nouveau directeur limougeaud est aussi excitante qu’exigeante. « Etape majeure de la modernisation du CHU, l’ouverture du nouveau bâtiment Dupuytren 2 – 26 000 m2 sur 4 étages – s’inscrit dans un processus de recomposition totale du site, dont la restructuration de l’historique Dupuytren 1 », décrit-il. A l’appui des flux et circuits optimisés, l’heure est donc au travail d’équipe, conduit autour d’une dynamique de changement commandant la mobilisation de tous.

Autre virage complexe : la mise en place des nouvelles unités centrales de blanchisserie (13 tonnes de linge /jour issues des six établissements coordonnés par un GCS), de pharmacie et de production alimentaire (7000 repas quotidiens), en lien avec les utilisateurs finaux. Enfin, chicane périlleuse à bien négocier : « la recherche continue de la performance avec les établissements parties, dans le cadre d’un plan d’action achats formalisé, justifié et partagé. » A chacune de ces tâches, le même unique credo : « cerner le juste besoin pour rendre le meilleur des services », marque Florian Vinclair, plus que jamais convaincu d’être, pour cela, aux bonnes fonctions.
Réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *