Les achats circulaires, nouvelle terre de mission pour le GIP Maximilien

Le 11 mars, le top départ a été donné à la mission d’appui au développement des clauses circulaires et environnementales (MACE) du GIP Maximilien, réseau francilien des acheteurs responsables. Un programme, auquel tous les organismes du territoire soumis au Code de la commande publique sont invités à participer, aboutira à la cocréation d’une boîte à outils décliné dans 5 familles d’achats en 2021-2022.

18 tonnes de matières. C’est la moyenne consommée par an par un Français. Un montant qui passe à 20 tonnes en Ile-de-France. L’épuisement des ressources et l’impact environnemental impliquent le passage d’une économie de production linéaire à une économie circulaire, en recyclant, en transformant les déchets pour fabriquer de nouveaux produits, en réemployant plutôt qu’en jetant purement et simplement, en limitant le gaspillage. La commande publique a évidemment un rôle majeur à jouer dans ce processus.

Encourager les acheteurs à passer à l’acte

L’évolution de la réglementation pousse sans cesse les acheteurs publics en ce sens, comme le prouve le récent décret imposant des quotas de produits recyclés (lire notre article du 10 mars dernier ). Autre exemple, les prochains CCAG, applicables en avril, devraient comprendre une obligation pour les titulaires de recourir à des emballages réutilisables, recyclés, recyclables ou réemployés, ou des incitations à livrer en vrac en fonction des fournitures et des besoins.

Mais comment concrètement passer à l’acte ? Pour aider toutes les entités de son territoire soumises au Code de la commande publique, la région Ile-de-France a demandé au GIP Maximilien (370 acheteurs membres), déjà pilote d’une mission sur les clauses sociales, de lancer une démarche similaire, cette fois sur l’achat circulaire et environnemental. « Le but de cette mission, c’est d’encourager tous les acheteurs publics qui veulent évoluer vers cette notion et les entreprises qui veulent y participer. Et Maximilien est prêt à fournir la boîte à outils », a résumé, Jean-François Legaret, conseiller régional et président du GIP.

« L’idée, c’est que l’on puisse tous apprendre et coconstruire ensemble la commande publique circulaire », a ajouté Sandrine Bousquet, directrice adjointe du GIP. La mission répondra à trois grands objectifs : accompagner les personnes publiques intéressées par la démarche, valoriser les actions entreprises, et développer les liens entre acheteurs et les éco-entreprises.

5 familles concernées dans un premier temps

Pour l’instant, le programme, qui a reçu le soutien de l’Etat (préfecture de région et direction régionale et interdépartementale de l’environnement et de l’énergie), de l’ADEME et de la métropole du Grand Paris, a prévu de se focaliser, pendant deux ans, sur 5 familles d’achat, en partant des besoins exprimés par les membres du GIP. D’abord le bâtimentaire (1er semestre 2021), les fournitures et mobiliers de bureau ainsi que les équipements électroniques et électriques (2e semestre 2021), puis les vêtements professionnels et EPI (1er semestre 2022) et enfin la boucle alimentaire (2e semestre 2022). Un périmètre qui rejoint en partie celui du décret d’application de la loi AGEC.

Pour chaque segment, un « parcours » a été prévu, composé de webinaires et d’échanges, afin d’aboutir à la co-construction d’une boîte à outils (charte d’engagement, cartographie des acteurs, bases de DCE, clauses, guides et fiches techniques) qui sera partagée. Un système de parrainage permettra aux participants plus matures sur le segment ou la démarche d’aider les néophytes. Président de la région, Valérie Pécresse compte sur ce projet « très ambitieux » pour inspirer les acheteurs et mobiliser les entreprises. « Un tiers de nos marchés est déjà conditionné à une disposition circulaire ou environnementale, mais on peut aller encore plus loin. »

Pour s’inscrire et avoir des informations complémentaires sur le programme, Manon Porquet, cheffe de projet : manon.porquet@maximilien.fr

 

Réagir à cet article

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.