Le Club Mittelstand Santé favorable à un « Buy European Union Act »

Constitué de sept dirigeants d’entreprises françaises et allemandes de la santé, le Club Mittelstand Santé tire les leçons de la crise sanitaire. Dans un récent rapport, il préconise notamment la co-construction d’une réglementation favorisant des achats publics en provenance de l’Union Européenne et une plus grande prise en compte des critères RSE dans les appels d’offres.

© Epictura

Fondé en partenariat avec Bpifrance, le Club Mittelstand Santé, formé par 7 dirigeants d’entreprises familiales industrielles françaises et allemandes de la santé (Thuasne, B.Braun, Panpharma, Hartmann France, Dräger France, De Dietrich Process Systems et Septodont) vient de publier un retour d’expérience de la crise sanitaire. Intitulé « Résilience des industries de santé en France et Allemagne : faisons confiance aux acteurs de terrain ! », il tire dans un premier temps les leçons de l’onde de choc Covid.

Le rapport propose ensuite des pistes d’amélioration dans trois domaines. Pour améliorer la capacité de réaction de l’écosystème face aux pandémies, il suggère, entre autres, de cartographier les entreprises essentielles pour gagner en efficacité, d’élaborer un « plan pandémie » national capable d’identifier les besoins, de répertorier les acteurs primordiaux et de créer des groupes thématiques (médicaments, vaccins, DM…) qui se coordonneraient pour définir une feuille de route.

Arrêter la seule logique du prix

Il préconise ensuite de favoriser dans la politique d’achats une offre française et européenne de produits de santé stratégiques. Le groupe des 7 regrette la déconnexion entre le discours et les incitations fortes à investir en Europe et des appels d’offres qui continuent de privilégier une pure logique de prix. Si ce focus sur le seul prix des produits de santé permet de répondre à l’impératif d’économie des comptes de la Sécurité Sociale, il détruit de la valeur à moyen et long terme et entraîne une perte d’autonomie. Selon le Club, le levier le plus efficace serait la co-construction d’un « Buy European Union Act », réglementation favorisant des achats publics en provenance de l’Union Européenne.

Meilleure pondération des critères RSE

Il recommande enfin de coconstruire la base productive nécessaire à l’autonomie européenne de la santé. Plusieurs moyens sont avancés : renforcement de la compétitivité de la base européenne de fabrication des produits stratégiques ; choix de circuits courts pour préserver l’autonomie européenne et sécuriser la supply chain ; enrichissement de l’offre de produits de santé grâce au numérique ; définition d’une stratégie de stocks de réserve de médicaments et d’équipements critiques qui irait de pair avec la négociation de contrats longs avec les fournisseurs. Le Club Mittelstand Santé se dit enfin favorable à l’évolution vers une approche en coût global des appels d’offres, au final plus économique pour les budgets publics, par des pondérations supérieures des critères RSE.

Pour télécharger le document du Club Mittelstand Sante

Réagir à cet article

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.