Robert, le robot kiné danois

Utilisé en Allemagne et au Danemark, le robot Robert ® a été conçu pour faciliter une mobilisation précoce et adaptée des patients, notamment les personnes immobilisées. Capable de réaliser jusqu’à une quinzaine de traitements en moyenne par jour, cet assistant peut permettre aux professionnels de la rééducation à la fois de libérer du temps et d’améliorer leurs conditions de travail.

© Life Science Robotics
Elaboré par la compagnie Life Science Robotics, Robert® est un robot danois qui met l’accent sur la mobilisation précoce et répétitive des patients. Ce harnais motorisé est facilement déplaçable d’une chambre à l’autre ou sur un plateau de rééducation. Le robot scandinave offre trois fonctionnalités :

© Life Science Robotics

– Une mobilisation active qui offre une résistance adaptée aux mouvements du patient. Le niveau de résistance de l’exercice est ajusté à la force fonctionnelle du patient. Robert ® peut résister à tout mouvement conçu par un professionnel de la santé.

– Une mobilisation assistée : le robot guide le patient dans l’exercice défini par le kinésithérapeute. La fonction et la force du patient déterminent le niveau d’activité pendant l’exercice. Le patient s’associe aux mouvements de Robert ® ou se détend en cas de fatigue.
– Une mobilisation passive : Robert ® permet la rééducation des patients immobilisés. La mobilisation très précoce des patients gravement atteints est facilitée. Les personnes dont le niveau de fonction est réduit ou inexistant peuvent participer à une rééducation précoce, ce qui augmente grandement leurs chances de récupération.

Ce robot permet à un professionnel de rééducation de superviser le traitement d’un patient tout en vacant à une autre tâche. Il peut analyser les résultats de l’exercice après sa réalisation et adapter la programmation de la rééducation pendant le reste du séjour du patient.


Un moyen de pallier à la pénurie de kinésithérapeutes


En France, seuls 14,1 % des 85 223 masseurs-kinésithérapeutes inscrits à l’ordre professionnel exerçaient en salarié (Source : rapport sur la démographie des masseurs-kinésithérapeutes, 2017). Cette statistique révèle les difficultés de recrutement des employeurs : de nombreux postes sont vacants, tant dans le secteur public que dans le secteur privé. Cette pénurie a un impact sur les conditions de travail des kinésithérapeutes en poste : 90 % d’entre eux se blesseront au moins une fois dans leur carrière (source : Glover W. 2002, Work-related Strain Injuries in Physiotherapists). La manipulation des patients est l’action la plus à risque de causer un trouble musculosquelettique avec la répétition d’un même mouvement.

La pénurie de masseurs-kinésithérapeutes impacte également fortement la qualité des soins offerts aux patients : la littérature scientifique démontre l’effet d’une rééducation précoce et intensive sur la récupération des fonctions et la réduction des durées moyennes de séjour. La moyenne française du nombre de kinésithérapeutes pour 10 000 habitants est déjà nettement inférieure à celles d’autres pays (elle s’élève à 12,6 contre par exemple 20,8 au Danemark). Le manque de professionnels qualifiés dans les hôpitaux et cliniques dégrade un peu plus la situation.

L’entreprise Life Science Robotics évalue à 14 le nombre de traitements que Robert ® peut réaliser en moyenne par jour. Avec un coût d’achat d’environ 115 000 euros (y compris la livraison, l’installation et la formation des professionnels), l’entreprise danoise estime que le coût moyen d’un traitement par Robert ® s’élève 3,26 euros par traitement en partant sur un amortissement de l’investissement sur 10 ans.

Pour consulter le rapport sur la démographie des masseurs-kinésithérapeutes

Réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *