Nouveau cap pour Phare

Lors des dernières journées de l’achat hospitalier, la DGOS a présenté les nouvelles orientations du programme Phare. La performance économique reste bien entendu au goût du jour. Mais le développement durable, la logistique, l’achat souverain et l’achat complexe figurent désormais au menu des objectifs des mois et années à venir.

Qu’on ne se méprenne pas, l’atteinte de la performance économique reste toujours d’actualité pour le programme Phare. Mais au-delà de la recherche permanente d’efficacité, « il y a des sujets qui montent en puissance », a déclaré Raphaël Ruano lors des dernières journées de l’achat hospitalier de Montrouge.

Parmi eux, on trouve naturellement la problématique de l’achat durable, longtemps un « serpent de mer », mais qui a désormais le vent en poupe, et en faveur duquel est promis une série de guides d’ici la fin de l’année (lire notre article du 15 novembre 2021 ). Tout comme la logistique (22 GHT cas pilote) et l’achat d’innovation. Ou encore l’achat souverain qui a été impulsé directement par l’Elysée.

Stimuler la création de filières de production en France et en Europe

Le démarrage d’une filière européenne de gants nitrile, pilotée par Re-Uni, consortium associant le Resah et UniHa (lire notre article du 27 mai 2021) a été qualifié de « succès collectif important ». Raphaël Ruano a annoncé, à ce sujet, la sortie d’une prochaine circulaire incitant à recourir à cette source d’approvisionnement, canal « performant » et « vertueux » qu’il s’agit de soutenir.

Dans la même logique, le ministère de la Santé publiera une seconde circulaire, cette fois en faveur de la fabrication européenne de masques. « L’idée est que tous les opérateurs nationaux et régionaux contribuent à couvrir le territoire » et donnent « des opportunités aux industriels français », a résumé le responsable du programme Phare. La question des blouses textiles devrait suivre en 2022, afin de « voir dans quelle mesure il serait possible de créer une filière française de production. »

L’achat complexe, terre de mission

Le responsable du programme Phare à la DGOS a aussi particulièrement insisté sur la question de l’achat complexe, capable de trouver de nouveaux leviers de gains « prometteurs », en relais à la massification. La maturité de la communauté des achats hospitaliers, qui a franchi un palier, permet aujourd’hui d’attaquer le sujet étroitement lié à la performance des fournisseurs et à l’atteinte d’objectifs.

D’autant que les outils sont sur la table qu’il s’agisse des procédures (marché global de performance, dialogue compétitif ou PAN) ou des techniques (value based procurement, prise en compte du coût global). Une terre de mission prometteuse pour les acheteurs, à condition d’être capable de passer en mode projet et d’emporter l’adhésion de tous les acteurs (médicaux, soignants et administratifs) à l’échelle du GHT.

Réagir à cet article

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.