Le distingué marché d’achat de nettoyage de Dinan

Deuxième, derrière Copenhague, du Prix européen Procura +2021 des marchés publics les plus réussis, l’agglomération de Dinan vient d’être saluée pour ses contrats de nettoyage qui achètent plus de la qualité que des heures de travail et qui incorporent des mesures sociales (travail continu, clause d’insertion, femmes à des postes de responsabilité) et environnementales (qualité de l’air intérieur, produits éco-labellisés, usage économe de l’eau).

© Epictura

« Laisser le champ libre aux entreprises pour fixer le nombre d’heures était un pari. J’ai eu peur jusqu’au rendu des offres, mais cela a marché. » C’était en septembre 2020 et depuis Mikaël Gouyette, en tant qu’acheteur public, vit sur son petit nuage.

Facilitateur en clause sociales formé à l’environnement, il avait été engagé en 2019 pour lancer l’agglomération de Dinan dans l’achat durable. Premier chantier, les contrats de nettoyage étaient à revoir. Tout y était disparate, l’agglomération, créée en 2017, n’ayant pas eu le temps de faire le ménage. Mikaël Gouyette s’est attelé à la tâche pendant tout 2020. « Il s’agissait de prouver la pertinence d’allier les dimensions sociales et environnementales de l’achat public », rappelle-t-il.

Air intérieur amélioré

2020 est bousculée par la Covid. Du virucide doit être ajouté à ce qu’il faut prévoir en produits nettoyants. Ordinaire au départ, le marché devient à bons de commande. Lancé en juin, l’appel d’offres aboutit à un premier succès en septembre. Les entreprises ont accroché à la commande de niveaux de qualité de nettoyage différents en fonction des bâtiments, plutôt qu’en volumes d’heures.

Mikaël Gouyette

Le marché est notifié en décembre. Trois lots seulement, un gros, deux petits, d’un montant global annuel de 320 000 €. C’est 12 % de moins que précédemment, bien que des espaces nouveaux soient couverts, à l’image des déchetteries. Un mois et demi plus tard, le relevé des polluants de l’air intérieur indique leur diminution sensible. « La nouvelle dimension environnementale était validée », met en avant Mikaël Gouyette. Résultat d’une ingénierie de l’appel d’offres complètement revisitée.

Nettoyage distinct en fonction des espaces

Première étape : faire le tour des bâtiments et définir la nature des espaces à nettoyer. Exemple : ils se salissent plus au Nord qu’au Sud. Ainsi que le niveau de qualité de nettoyage désiré, selon leur fonctionnalité. La salle de réunion du conseil d’agglomération n’aura pas le même traitement que hangar de rangement matériel du service des espaces verts. Un référentiel est construit. Il prévoit grosso modo, trois niveaux pour les espaces techniques, les bureaux, les espaces plus sensibles comme la salle du conseil.

Deuxième étape : les objectifs de progrès social. Principalement, le nettoyage en journée plutôt qu’en l’absence des agents de la collectivité et, si possible, en continu pour le salarié. Un changement qu’il a fallu expliquer en raison des impacts sur le fonctionnement ses services.

L’accès des femmes à des postes de responsabilité

© Epictura

Le contrat contient une clause d’insertion avec possibilité de déborder, concernant l’origine des candidats, sur les bassins d’emploi environnants, celui de Saint-Malo, principalement, et de Lamballe à l’Est. « Parce que trouver des candidats est la grande difficulté du moment. Les moins éloignés de l’emploi ont été embauchés lors de la dernière reprise économique, au début des années 2010, explique Mikaël Gouyette. Mais c’est ainsi que les entreprises trouvent le personnel dont elles ont besoin. Et qu’elles doivent faire monter en compétence en leur proposant des parcours de formation. ».

Autre incitation, l’accès des femmes aux postes de responsabilité dans l’entreprise de nettoyage. Pas une obligation mais donnant lieu à une gratification dans la notation des offres. « Pour insérer ce genre de critère, je m’assure que puissent y satisfaire au moins les deux tiers, des entreprises susceptibles de répondre à l’appel d’offres », signale Mikaël Gouyette.

Lingettes imprégnées

Troisième étape, des objectifs en matière environnementale. Des produits de nettoyage éco-labellisés, éco-certifiés, un niveau de bruit limité des aspirateurs, l’utilisation raisonnable de l’eau (lingettes imprégnées plutôt que noyées) et surtout la gestion des eaux salies par le nettoyage.

L’équipe des achats de Dinan Agglomération

Reconnu par les milieux européens de la commande publique, le succès du contrat passé pour le nettoyage a poussé Mikaël Gouyette à améliorer sa pratique de l’anglais. Puisqu’il participe désormais à deux groupes de travail sur la clause d’insertion sociale au Parlement européen et sur l’impact social de la commande publique dans l’OCDE. « Cela a surtout fédéré l’équipe des cinq acheteurs du service et la manière dont les collègues, les élus, les entreprises considèrent notre travail », rectifie Mikaël Gouyette, toujours sur son petit nuage.

Réagir à cet article

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.