Philippe Cutté, « monsieur coopération » du GHT 72

Ancien directeur des achats et de la logistique du CH de Blois, Philippe Cutté a rejoint le GHT de la Sarthe au mois de juin. Sa mission est désormais de réfléchir à tous les sujets susceptibles de déboucher sur des projets de coopération médico-techniques et logistiques à l’échelle du territoire.

Major de promotion de son troisième cycle de technologies biomédicales obtenu à l’UTC de Compiègne, Philippe Cutté démarre sa carrière hospitalière au CHR de Metz-Thionville en janvier 1993, avant de prendre, quatre années plus tard, le poste d’ingénieur biomédical au CH de La Rochelle, puis comme coordonnateur des risques techniques et des vigilances sanitaires.

De l’ingénierie biomédicale aux achats

L’animation de plusieurs comités interdisciplinaires lui donne des envies d’autres horizons. « Après quasiment vingt années passées dans l’ingénierie biomédicale, je souhaitais manager des projets transversaux et intégrer une équipe de direction ». En 2010, l’hôpital de Guingamp lui offre l’opportunité d’ajouter plusieurs cordes à son arc, avec un poste de directeur de la qualité, des systèmes d’information, des travaux, du développement durable…et des achats. La période s’avère propice car deux ans plus tard démarre le programme Phare, année durant laquelle Philippe Cutté choisit de muscler ses connaissances dans le domaine en suivant le certificat des « cent heures de l’achat ».

Mutualisation et professionnalisation

En 2015, l’examen par le Parlement de la loi de modernisation du système de santé et la création programmée des GHT, avec le transfert d’une partie de ses fonctions vers l’établissement support des Côtes d’Armor, l’incite à quitter la Bretagne. Il intègre alors le CH de Blois comme directeur des achats, du patrimoine et de la logistique, tout en coiffant les casquettes d’administrateur du GCS Achats du Centre et d’animateur du programme Phare dans la région Centre Val de Loire. Il pilote plusieurs actions d’envergure, aussi bien en termes de professionnalisation, avec la certification Iso 9001 de la cellule des marchés du GHT 41 (lire notre article du 9 mars 2020), que de mutualisation, à l’image d’un marché d’assurances réunissant 67 établissements (lire notre article du 16 décembre 2019), deux opérations emblématiques récompensées par un Trophée Santé Achat.

Réfléchir à tous les sujets de coopération médico-techniques et logistiques

En juin dernier, il choisit de rejoindre le GHT de la Sarthe (10 établissements) et de prendre le poste de directeur des coopérations médico-techniques et logistiques. « J’ai estimé être allé au bout des choses s’agissant des achats ». Cette fois, l’enjeu est « non plus de lutter contre les gaspillages, mais de réfléchir à tous les sujets susceptibles de déboucher sur des coopérations durables à l’échelle du territoire. Il convient d’enrichir le Projet Médical Partagé du GHT de La Sarthe à travers un projet médical pharmaceutique ambitieux ou la mise en commun de plateaux techniques (stérilisation, laboratoires de biologie), en passant par la restauration, et en parvenant à fédérer tous les acteurs. « Il convient de passer d’une culture de sous-traitance de prestations à une culture de coopération devant aboutir à un niveau de qualité accru et une efficience affirmée », résume Philippe Cutté.

Un GCS sur les rails

La première étape passera par la structuration et la création d’un GCS dont les statuts devraient être présentés au comité stratégique du GHT d’ici la fin de l’année. La stérilisation, la biologie médicale, la blanchisserie sont les premiers sujets au menu. « Il convient au préalable de formaliser le projet médical territorial de biologie, de préparation des DM, ou encore d’arrêter une stratégie territoriale cible pour le traitement du textile. Il existe aujourd’hui huit outils de production. Certains d’entre eux sont vétustes et nécessitent une remise à niveau des équipements, avec d’importants financements. Nous allons étudier comment disposer de sites, peut-être moins nombreux mais plus performants, afin d’offrir un service de qualité à la fois pour le linge professionnel et celui des résidents des EHPAD. Il conviendra aussi d’ouvrir cet outil de coopération aux établissements à but non lucratifs et aux établissements médico-sociaux du territoire. »

Réagir à cet article

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.