L’hôpital de Grasse lance son projet d’extension

Optimiser les flux avec la création de circuits dédiés était l’un des objectifs poursuivis par la direction du CH de Grasse lorsque a été ouverte l’étude de faisabilité de l’extension de l’hôpital sur plus de 7 000 m2. Le chantier sera l’occasion d’améliorer la performance énergétique et de moderniser toutes les infrastructures techniques, du groupe froid aux liaisons pneumatiques, en passant par le traitement de l’air. La livraison se fera en trois étapes, de 2023 à 2025.

© CH Grasse/Soho Atlas In Fine

Dans les Alpes-Maritimes, sept ans après qu’ait été prise la décision de moderniser les plateaux médicotechniques du centre hospitalier de Grasse, un premier projet était présenté, prévoyant une extension pour reconstruire les blocs opératoires ainsi qu’une rénovation des urgences : un chantier de six ans en site occupé. Mais une seconde étude de faisabilité a été demandée en 2018 par le nouveau directeur, Walid Ben Brahim, qui venait de prendre ses fonctions.

© CH Grasse/Soho Atlas In Fine

C’est donc quelques mois plus tard, en avril 2019, que cette dernière étude a été validée avec une transformation du projet initial et des évolutions importantes à souligner : « Dans cette dernière étude, nous avons opté pour la priorisation de la reconstruction du service des urgences pour agrandir rapidement un service aux locaux inadaptés, explique Nicole Spielmann, directrice du pôle opérationnel et technique, nous avons également travaillé sur le maintien de la localisation des blocs opératoires actuels, rendant ainsi possible une connexion avec le bloc obstétrical, et enfin, ajoute-t-elle, l’intégration du service d’imagerie médicale et du hall d’accueil pour permettre une vraie réflexion sur les parcours et les flux ».

Courant 2025, l’extension du centre hospitalier et la rénovation de l’existant seront enfin opérationnelles. « Bien évidemment, la crise sanitaire a tout ralenti, confesse la directrice du pôle opérationnel et technique, mais le dernier programme technique détaillé (PTD) tient compte de l’évolution de nos besoins ».

Marché global sectoriel

Le nouveau programme technique détaillé a été finalisé avec le concours d’un AMO, et la consultation a pu être lancée : « Nous avons privilégié la procédure de marché global sectoriel, précise Nicole Spielmann, trois candidats ont été sélectionnés dans un premier temps avant que l’offre finale ne soit retenue en mars 2021 ».

© CH Grasse/Soho Atlas In Fine

Afin qu’il n’y ait aucune perte d’activité pendant les travaux, les livraisons se feront en trois étapes et les restructurations sur l’espace libéré se feront au fur et à mesure. Nicole Spielmann évoque une “opération tiroir” : « La livraison de l’extension est prévue pour l’été 2023, celle d’une première partie du bloc et de l’unité de chirurgie ambulatoire est programmée pour le deuxième semestre 2024, quand la seconde partie du bloc et du relais de stérilisation doit être livrée au deuxième semestre 2025 ».

La modernisation concerne également toutes les infrastructures techniques : « Groupe froid, réseau d’eau, traitement d’air, électricité, ascenseurs et liaisons pneumatiques seront entièrement actualisés et optimisés à l’occasion de ce chantier, de même que la performance énergétique des bâtiments qui s’inscrira dans une logique d’amélioration et de respect de l’environnement, se félicite Nicole Spielmann, et même si le nouvel ensemble n’aura pas le label BBC (bâtiment basse consommation), la rénovation énergétique des espaces libérés ainsi que le recours à la régulation et au pilotage permettront de sérieux gains en efficience ».

Réfléchir à une nouvelle organisation logistique

En même temps que seront remises à niveau les infrastructures techniques, les parcours et les flux devront être rationalisés : « Ainsi, par exemple, nous allons reconfigurer les parcours patients, et les circuits seront conçus de telle sorte qu’il n’y aura plus de croisements ». Les équipes projet phosphorent toujours, ainsi, comme le souligne Nicole Spielmann, la nouvelle organisation logistique n’est pas encore finalisée : « Nous devons encore travailler dessus, dit-elle, même si l’essentiel est déjà arbitré avec la remise à niveau des flux et la création de circuits dédiés ».

© CH Grasse/Soho Atlas In Fine

La création de l’extension permettra également de mettre un terme à certaines aberrations. Ainsi, les urgences étaient situées à l’arrière de l’hôpital. À l’avenir, elles seront immédiatement accessibles par l’entrée principale. « Aux urgences, ce sont désormais quatre parcours qui pourront être empruntés en fonction du besoin contre un seul actuellement, explique la directrice du pôle opérationnel et technique, de même, un axe rouge central et majeur entre les bâtiments et les services permettra la mise en cohérence et l’optimisation des modes de parcours d’entrée et de sortie, ce qui se traduira pour les usagers par une simplification d’orientation au sein des bâtiments ».

L’investissement de ce projet ambitieux est loin d’être neutre pour le centre hospitalier grassois puisque le montant de l’opération devrait se chiffrer à 32 millions d’euros, dont une partie autofinancée grâce notamment à la vente d’une parcelle du site gérontologique. Le soutien de l’Etat permettra de boucler l’enveloppe.

Réagir à cet article

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.