Food Truck : la recette du CHRU de Nancy pour une restauration mobile

Au CHRU de Nancy, une ancienne ambulance convertie en food truck va offrir un service nouveau aux salariés du site de Brabois et leur proposer des snacks et des repas à emporter.

Il n’y a pas que les goûts qui évoluent, révélés par une appétence croissante pour davantage de bio, de produits locaux et de protéines végétales inscrits au menu ; « en matière de restauration, les salariés de l’hôpital attendent aussi des horaires à la carte, ou à tout le moins plus accessibles dans le cadre d’un travail en douze heures qui se généralise », pose Julien Fabbro, responsable de ce secteur ainsi que des prestations hôtelières au CHRU de Nancy.

Aux côtés des cinq selfs alimentés par la cuisine centrale sur chacun de ses sites, l’établissement déploie donc depuis quelques années les solutions alternatives, de la vente à emporter composée à la demande sur le site central de Brabois (220 à 260 repas/jour) aux automates (16 au total) distribuant à toute heure snacking, « poke bowl » et plats maison à réchauffer. À partir de début août, un food truck alimentera également cette offre.

Une ambulance reconvertie

Julien Fabbro © LD

L’idée est née de la contrainte, « des travaux de restructuration tournants prévus pour plusieurs années sur le site de Brabois », explique Julien Fabbro. Pour pallier la fermeture du restaurant, le concept d’une restauration mobile capable de s’adapter au plan de chantier fait ainsi son chemin. Et comme l’acquisition d’un tel véhicule dépasse largement le budget, décision est prise de convertir un véhicule sanitaire léger (VSL) devenu obsolète à partir de plans concoctés en interne.

« Déjà pourvue d’une infrastructure électrique autonome, l’ambulance disposait par ailleurs d’une charge utile parfaite pour cette seconde vie. Il ne manquait plus qu’à l’aménager intérieurement et réaliser une ouverture latérale », décrit le responsable. Coût de la métamorphose : 20 000 euros, soit quatre fois moins que l’achat d’un camion neuf et pour un résultat cadrant 100 % aux goûts de la maison !

Une centaine de repas par jour

Accessible aux seuls salariés de l’hôpital dont il ira à la rencontre en se déplaçant sur le site par tranche horaire, le food truck proposera le même type de repas que les distributeurs avec lesquels une certaine « porosité » est d’ailleurs prévue pour une régulation optimale des denrées.

Nombre de couverts estimés : « 80 à 100 par jour dans un premier temps mais avec le temps, il n’est pas exclu d’élargir cette activité aux autres sites du CHRU », indique Julien Fabbro. En rendant rentable la location de meubles connectés (300 € HT/mois), cette croissance permettrait de surcroît de passer aux contenants réemployables et de mettre ainsi le food truck nancéen également sur la route de la transition durable.

Réagir à cet article

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.