CH Cholet : un robot dans un mouchoir de poche

Mis en service il y a quelques mois par le CH de Cholet, le robot logistique, surnommé « Walli » en interne, a pris en charge les échanges entre la pharmacie et l’oncologie, et la nuit les flux des prélèvements biologiques entre les urgences et le labo. Capable de transporter jusqu’à 25 kg de produits, le robot, qui ne dépasse pas 70 cm d’envergure, a déjà parcouru 700 km. De quoi libérer du temps pour les soignants qui peuvent se consacrer à leur cœur de métier.

« Le sourcing est indispensable, convient Éric Lemonnier, responsable de la logistique du centre hospitalier de Cholet, dans le Maine-et-Loire, mais aller sur place voir comment sont utilisés les robots et échanger avec un collègue, ça vaut toutes les formations du monde ». Il n’a donc pas hésité à se renseigner auprès de Tony Perlemoine, responsable des projets logistiques au CHU de Nantes, à moins de 60 km. Référence en matière de logistique robotisée (lire nos articles du 29 juin 2020 et du 30 août 2021), l’expert nantais a donc reçu son collègue choletais en train de phosphorer sur la refonte de la logistique d’étage et des derniers mètres.

Location maintenance

Un an de réflexion, des échanges à l’échelle du groupe logistique du GHT 49, un audit et une formation assurés par le Resah, et Éric Lemonnier y voyait plus clair : « L’utilisation d’un robot autonome de dernière génération pour assurer la logistique des derniers mètres s’est imposée à nous ». Plusieurs candidats répondent à l’appel d’offres rédigé après consultation des équipes soignantes, de la pharmacie, du laboratoire, et des directions fonctionnelles de l’établissement, partenaires à part entière de ce projet.

L’option retenue est celle de la location maintenance. En sort un robot totalement autonome, bourré d’intelligence artificielle, capable, grâce au wifi, d’appeler l’ascenseur, de téléphoner aux soignants pour leur dire qu’il est arrivé, de prévenir en cas de difficultés sur son trajet, d’éviter un obstacle imprévu, se positionner devant la PUI ou les urgences et recharger ses batteries sans aucune intervention humaine…

Livrer des poches de chimio en quatre minutes

« Mis en service il y a quelques mois seulement, notre robot a déjà été baptisé “Walli” par les soignants, en référence au robot du film d’animation réalisé par Andrew Stanton pour les studios Pixar, confie Éric Lemonnier, ils se le sont d’autant plus vite approprié qu’ils ont été associés à la phase de réflexion et accompagnés lors du déploiement ».

Pour l’instant, le robot n’ayant été mis en fonction qu’au mois de février, le responsable de la logistique du centre hospitalier de Cholet l’a cantonné à des missions précises : « notre robot est pour l’instant bien occupé, et limité en journée aux échanges entre la pharmacie et l’oncologie, de 8h45 à 16h45, avant d’aller se “docker” aux urgences pour la nuit jusqu’au lendemain 8h45 ». Il peut alors prendre en charge les flux des prélèvements biologiques entre les urgences et le labo.

Jusqu’à 25 kg de médicaments et de matériel

« Walli assiste les équipes 24h/24, et nous avons déjà cartographié tous les itinéraires utiles qui pourront être modifiés rapidement et sans travaux ». Le robot choletais est programmé pour desservir tous les PC infirmiers : « Cette solution simple d’utilisation pour les professionnels permet de gérer nos flux en toute sécurité, tout en garantissant une parfaite traçabilité. Seuls les agents accrédités, munis d’un badge, peuvent l’ouvrir pour déposer ou récupérer son contenu ».

Du haut de son mètre quarante-cinq, avec 12 heures d’autonomie, Walli peut transporter jusqu’à 25 kg de médicaments et de matériel. Son envergure ne dépasse pas 70 cm. C’est automatiquement qu’il recharge ses batteries à la pharmacie ou aux urgences : « À terme, il est paramétré pour parcourir les trois ailes du bâtiment principal qui se développent sur six étages, aujourd’hui, sur simple appel du bloc obstétrical la nuit et le week-end, il va parcourir les 500 m qui relient son dock de nuit aux urgences vers le bloc obstétrical puis vers le laboratoire pour livrer le prélèvement ».

Déjà 700 km parcourus

Il faut dire que le robot choletais ne chôme pas : « Depuis le mois de février il a parcouru pas moins de 700 km, constate le responsable de la logistique en consultant l’écran de son PC, accomplissant plus de 3 000 missions ! ». Le robot prend en charge tous les flux pour lequel il est programmé : « Mais c’est lui qui gère les priorités en privilégiant l’historique des appels, terminant sa mission avant de prendre en charge la suivante, Walli assiste les équipes, fluidifie les envois, et pour l’appeler, notamment au bloc obstétrical, c’est tout simple conclut Éric Lemonnier, les soignants disposent d’une tablette et notre robot arrive aussitôt ».

À Cholet, les soignants économisent en moyenne 70 km par semaine : « Pour le seul pont de la Pentecôte, Walli a parcouru 42 km ! ». Disponible, le robot se faufile tout au long de la journée dans les couloirs où il va croiser des patients, des professionnels de santé, des lits, des brancards, et les équipes ont appris à s’en servir…

Réagir à cet article

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.