Un guide pour oser les variantes

Considérée comme alambiquée, la variante ne déchaîne pas toujours l’enthousiasme chez les acheteurs. Pour redorer le blason de cette technique, la direction des achats de l’Etat (DAE) vient de publier un guide présentant ses avantages et la façon de l’employer à bon escient.

La variante a bien des atouts, surtout si l’acheteur souhaite aiguiser la concurrence et pousser les industriels à sortir des sentiers battus en imaginant de nouvelles solutions. Cependant nombre de praticiens de la commande publique rechignent à employer cet outil perçu comme byzantin, notamment lorsqu’il s’agit de définir les exigences minimales ou d’analyser les offres.

C’est pourquoi un collectif d’une dizaine d’acheteurs (issus de ministères, d’établissements publics et d’un GHT), sous la houlette de la Direction des achats de l’Etat, a rédigé un vade-mecum chargé d’inviter la profession à « inscrire les variantes dans une stratégie déterminée en amont de la procédure avec l’ensemble des acteurs de l’achat. »

En cinquante pages et cinq chapitres, le guide fait le tour de la question, abordant tour à tour les contours juridiques, l’intégration de la technique dans un projet d’achat, son encadrement dans le DCE, l’examen des offres et le pilotage de l’exécution d’une variante.

Cerise sur le gâteau, le document ajoute en annexes quatre outils : une matrice décisionnelle, un mémento encadrant le dialogue entre acheteurs et prescripteurs avant la rédaction du cahier des charges, un récapitulatif des informations à faire figurer dans le DCE et un autre concernant l’organisation de l’examen des offres variantes.

Pour télécharger le guide

Réagir à cet article

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.