Les jeunes patients du Médipôle de Lyon apaisés par un robot

Le service de chirurgie pédiatrique du Médipôle Lyon-Villeurbanne utilise un robot humanoïde pour rassurer les enfants, avant, pendant et après une intervention. L’approche ludique a pour conséquence de diminuer le stress des jeunes patients et de faciliter leur prise en charge.

Chaque semaine, environ une vingtaine d’enfants sont opérés au Médipôle Hôpital Privé de Lyon-Villeurbanne (Ramsay Santé). Un circuit spécifique a été pensé pour le service de chirurgie pédiatrique. Un parent est ainsi présent tout au long du parcours de soins de l’enfant, de son arrivée à son endormissement avant le bloc opératoire. Pour diminuer encore l’angoisse naturelle des petits et de leurs familles, la clinique utilise désormais un robot humanoïde.

Rebaptisé Oscar, du nom de l’entreprise mécène qui l’a offert à l’établissement de santé, le robot et un soignant accueillent l’enfant. Le duo lui présente son parcours dans le détail afin de réduire son anxiété, et de dédramatiser l’opération avant l’anesthésie. Avant de partir au bloc, l’enfant peut interagir avec Oscar, écouter de la musique, une histoire ou encore jouer sur sa tablette intégrée. Au moment du départ, le robot rassure l’enfant et lui promet de l’attendre. Après l’opération, Oscar, toujours accompagné d’un soignant, lui annonce l’arrivée prochaine d’un goûter. Et lors de la sortie, le soignant remet au jeune patient un diplôme de bravoure tandis qu’Oscar propose de faire un selfie ensemble.

Grâce son action, le robot permet aussi d’éviter la prémédication d’anxiolytiques qui retardent d’autant plus le réveil post-opératoire. Les enfants arrivent détendus, ce qui facilite le travail des soignants. « Les enfants pouvant bénéficier de l’accompagnement du robot sont sélectionnés en fonction de leur âge et de l’accord des parents. Lorsque plusieurs enfants sont présents en même temps, le robot Oscar les anime collectivement », explique Xavier Claris, DG du Médipôle Hôpital Privé, qui espère que le robot aura bientôt des frères et sœurs.

Réagir à cet article

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.