Les ascenseurs du CHU de Poitiers passent à la prédestination

Le CHU de Poitiers est le premier centre hospitalier doté d’ascenseurs « intelligents » équipés d’une technologie de prédestination pour les patients et les visiteurs. De quoi réduire de plus de 50% les temps d’attente et de trajet. Un système amené à se développer avec l’augmentation des allées et venues des patients et des visiteurs, conséquence de la réduction des durées de séjour et de l’essor de l’ambulatoire.

© Nicolas SWICKEL/Otis

4400 visiteurs au minimum par jour. Pour réguler un tel flux au bâtiment principal du site de la Milétrie (17 étages, 900 lits, 85 000 m2), le CHU de Poitiers a choisi de se doter d’ascenseurs 2.0 en les équipant d’une technologie de prédestination. Dans un système classique de montée/descente, les visiteurs appellent et choisissent leur cabine. Plusieurs ascenseurs risquent de desservir le même étage ou d’effectuer plusieurs arrêts intermédiaires.

Avec la prédestination, le système calcule les courses les plus rapides en fonction des demandes.  Il regroupe les personnes de sorte à leur affecter un ascenseur desservant le même étage ou un groupe d’étages proche. Conséquence : les déplacements sont plus rapides.

 

Première vague avec les ascenseurs utilisés par le personnel

 

Le CHU de Poitiers avait testé la formule à l’occasion d’une première vague de modernisation de ses ascenseurs utilisés par son personnel (monte-charges, cabines pour le transport des malades). « L’opération a été un succès. Nous avons réfléchi alors à étendre la technique au profit du grand public car nous voulions moderniser un parc vieillissant, avec un temps de disponibilité insatisfaisant », renseigne Frédéric Marchal, directeur des constructions et du patrimoine du CHU.


Cependant, l’établissement de santé décide de prendre le temps d’étudier le projet associé à la mise à neuf du matériel (cabines et courroies). Car si les professionnels, qui réalisent les mêmes trajets tous les jours, ont très vite assimilé la technique, les visiteurs pouvaient se retrouver désarçonnés par cette nouvelle approche, aujourd’hui essentiellement employée dans les grands ensembles de bureaux.

« Lorsque la personne sélectionne sa destination, le système attribue une cabine. Il suffit ensuite d’attendre que l’ascenseur sélectionné s’affiche. Il n’y a plus de bouton à l’intérieur de la cabine et il n’y a plus d’interaction possible. Quand il arrive à l’hôpital, le public est souvent stressé et désorienté. Il y avait donc un risque que les visiteurs se précipitent dans la première cabine venue », signale Frédéric Marchal.


Diminution de 65 % du temps d’attente palier

 

© Nicolas SWICKEL/Otis

Le CHU réfléchit donc aux moindres détails avec son fournisseur Otis. Pour faciliter la mise en route, il est décidé d’installer une cinquième cabine aux ascenseurs existants. Une information plus visuelle des destinations est imaginée. « Il faut être très rigoureux sur l’ergonomie des équipements, par exemple la visibilité du hublot chargé d’afficher l’arrivée de la cabine sélectionnée, et leur caractère intuitif », insiste Frédéric Marchal. Une grande tablette de commandes est installée dans le hall des ascenseurs au rez-de-chaussée (lieu qui concentre 80 % du trafic) où est positionnée une hôtesse chargée d’aider et d’orienter le public.


Les résultats sont probants. Le CHU a enregistré une diminution du temps d’attente palier de 65 % (52 à 18 secondes) et une diminution du temps de trajet total de 53 % (108 à 51 secondes).  Coût global de l’opération, incluant le remplacement du matériel, l’installation d’une 5e cabine et la prédestination : environ 900 000 euros. « Tout fonctionne parfaitement et les visiteurs sont très satisfaits », assure le directeur des constructions et du patrimoine du CHU. Côté fournisseur, le chantier a permis à la société Otis d’obtenir, en octobre dernier, un trophée attribué par la Fédération des ascenseurs.

Réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *