Du pain sur la planche à la maison d’arrêt de Douai

Le ministère de la Justice a passé un marché d’insertion afin de démarrer, fin 2022, une activité de boulangerie à la maison d’arrêt de Douai. Un achat responsable qui permet à des détenus de décrocher une formation qualifiante, d’être rémunéré, et de fournir, en circuit court, du pain à trois établissements pénitentiaires.

 

© Epictura

Gagner son pain à la sueur de son front. L’expression a été mise en pratique par le ministère de la Justice. Pour lutter contre la récidive et permettre à des détenus de se former et de retrouver un emploi à leur sortie de prison, cette administration a eu l’idée de passer un marché d’insertion pour le moins original, puisqu’il s’agit d’ouvrir une boulangerie implantée au sein de la maison d’arrêt de Douai.

L’objectif est double : offrir la possibilité d’apprendre la boulange, secteur qui recherche des bras, avec la délivrance d’un certificat de formation professionnelle (CQP) à la clef, tout en produisant du pain quotidiennement à destination de plus d’un millier de détenus dans trois établissements.

Grâce au travail conjoint du secrétariat général du ministère, des différents services pénitentiaires et des réseaux de l’insertion par l’activité économique, le marché, notifié à l’été 2022, a démarré en octobre dernier. Une action vertueuse à plus d’un titre puisque la production sur place réduit l’impact carbone, ainsi que les déchets (-15 %), le tout à un prix très compétitif (quarante centimes).

 

Réagir à cet article

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.