Victorien Maginelle : l’achat, vue panoramique sur toutes les missions de l’hôpital

Récemment diplômé de l’EHESP, Victorien Maginelle débute sa vie professionnelle comme directeur des achats, de la logistique et des travaux au CH de Compiègne-Noyon. Et plus qu’un premier barreau à l’échelle de son parcours, il y voit bien là le pivot de sa jeune carrière.
Victorien Maginelle
« Un premier barreau certes, mais duquel on bénéficie d’une vue panoramique sur toutes les directions et missions de l’hôpital, une position stratégique pour celui qui veut approfondir sa connaissance dudit environnement. »

Jeune directeur d’hôpital issu de la « promo » Albert Camus de l’EHESP de Rennes, Victorien Maginelle n’a aucun doute : bien plus qu’un tremplin à sa carrière en devenir, son premier poste décroché en janvier 2020 à la tête de la direction des achats du centre hospitalier de Compiègne-Noyon (CHCN-Oise) constitue « le promontoire depuis lequel prendre toute la mesure du poste de directeur d’hôpital auquel [ses] études l’ont mené ».

Loin donc de penser déjà à l’échelon suivant qui le rapprocherait de la tête d’un établissement, le jeune homme, 25 ans tout juste, veut prendre le temps de savourer l’opportunité et de « découvrir tout ce qu’il a encore à apprendre ici, au plus près du terrain ».

L’hôpital, l’engagement par excellence

Convaincu que « le système social solidaire est le ciment de notre société », Victorien Maginelle découvre l’univers hospitalier à la faveur d’un stage ouvrier effectué en tant que brancardier. La rencontre frôle la révélation : « où trouver un engagement plus concret qu’au sein de cette organisation dont les métiers multiples convergent tous vers une seule finalité : soigner autrui ? », interroge-t-il.

D’un master en politiques publiques de la santé poursuivi à l’IEP de Paris à l’École des hautes études en santé publique en passant par divers stages – à la DRH du centre hospitalier de Calais, au pôle qualité de l’Hôpital européen Georges Pompidou comme auprès de la directrice générale adjointe de l’Institut de cancérologie de l’Ouest – son cursus universitaire se déroulera dès lors conformément à l’objectif.

Jusqu’à ce stage de direction réalisé d’avril à août 2019 sous forme d’intérim de la direction des achats, de la logistique et des travaux du Centre hospitalier de Compiègne-Noyon, lequel va non seulement lui ouvrir les portes de son premier recrutement mais également lui dessiller les yeux sur la fonction achats.

La commande publique révélée

« Alors que l’École ne m’en avait montré que le versant purement réglementaire et – avouons-le – quelque peu aride, ces mois m’ont révélé les richesses de la commande publique », raconte le jeune professionnel qui poursuit : « sourcing, cahier des charges, analyse des offres… Chaque étape de la dynamique m’a ainsi permis de mesurer l’intérêt de la fonction achat, une des rares à combiner approches conceptuelles et matérielles tout en générant de nombreuses relations humaines, que ce soit avec les prescripteurs, avec les fournisseurs ou avec les utilisateurs de tout profil (personnels soignants, techniques ou administratifs, patients…) »

Produire de la valeur plutôt que des économies à tout prix

Et si les projets se suivent sans jamais se ressembler – contrat de concession pour une prestation multimédia à destination des patients, recyclage des déchets alimentaires, construction d’un nouveau bloc opératoire de 20 millions d’euros – « chacun d’eux offre un nouvel angle de vue sur l’organisation hospitalière et ses multiples fonctions », s’enthousiasme-t-il… Des fonctions dont il entend bien, d’ailleurs, mesurer tous les besoins en lien avec ceux qui les assurent : « La satisfaction de l’utilisateur, et notamment du client interne, doit devenir notre principal objectif », explique ainsi le nouveau directeur des achats compiégnois dont le volume dépasse les 50 millions d’euros.

Parce que le but est aujourd’hui de « produire de la valeur et non plus de réaliser des économies à tout prix », l’expérience utilisateur s’inscrira donc désormais au cœur des process achats de l’établissement, revisités en conséquence : élaboration dialoguée des cahiers des charges, documents d’évaluation post-achats…

Un changement d’état d’esprit que viendra aussi nourrir le professionnalisme de la dizaine d’acheteurs réunis sous sa conduite, « tout premier collectif au service de la collectivité », salue Victorien Maginelle, pleinement conscient de l’impact de sa direction sur la qualité de soins du centre hospitalier comme sur la qualité de vie de ceux qui y exercent.
Réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *