Un jeu pour former les acheteurs débutants

Serious game créé par le ministère des Armées, le « jeu de la commande publique » est utilisé depuis près de deux ans par ses services et par d’autres administrations pour former des acheteurs débutants. Désormais commercialisé, il peut aussi créer du lien entre acheteurs et prescripteurs. Ou aider les fournisseurs à mieux comprendre l’achat public.
Le « Jeu de la commande publique » est un « serious game » imaginé par deux responsables d’achat d’une entité du Ministère des Armées. « Nous avions en charge la formation de nos acheteurs et nous trouvions que les formations des achats dans la commande publique sur PowerPoint étaient rébarbatives. D’où l’idée de faire quelque chose de plus ludique. Nous sommes partis sur l’idée d’un jeu pédagogique pour former nos prescripteurs à la commande publique » explique-t-on au ministère.

« Le jeu de société et le vade-mecum en font une méthode de formation complète. Cela consiste à dérouler un marché public en un minimum de temps en associant les bonnes compétences au bon moment : acheteur/prescripteur par exemple ». Récompensé par un premier prix au 12e Trophée des achats, l’outil est utilisé depuis avril 2018 dans différents services du Ministère des Armées pour former les nouveaux acheteurs : la plateforme achat finance (PFAF) Ile-de-France, l’école du commissariat des armées, le centre de formation Académie des achats…

Créer du lien entre acheteur et prescripteur

Ce jeu de société permet aux de futurs acheteurs de s’initier aux arcanes de la commande publique, de comprendre et aborder facilement toutes les phases de la passation de marché, dès l’initialisation du besoin jusqu’à sa réalisation, mais aussi de créer du lien au sein des équipes en permettant de mieux travailler ensemble, c’est-à-dire mieux se connaître, comprendre et intégrer les problématiques des uns et des autres : acheteur, prescripteur, financier, logisticien ou juriste. Et surtout il dédramatise l’achat public en le rendant ludique.

Sabine Guillermet

A tel point que d’autres administrations font appel au support. « J’utilise ce jeu à chaque fois que je forme des stagiaires aux fondamentaux des achats. Il est très bien fait, avec ses cartes façon Monopoly et suscite beaucoup d’intérêt de la part des personnes formées. Il me permet de confirmer mon angle d’attaque de ces formations qui est que les achats publics ne sont pas rébarbatifs. En outre, le mémento avec le rappel des notions est très appréciable », témoigne Sabine Guillermet, qui était, jusqu’à la fin de l’année dernière, formatrice référente en achats publics à la sous-direction du recrutement et de la formation au Ministère de l’Intérieur.

Petit bémol : les règles du jeu peuvent apparaître un peu compliquées, avec une demi-journée pour la mise en place. « Je les ai un peu changées pour éviter que les joueurs adoptent comme unique stratégie de gagner », poursuit Sabine Guillermet.

Un moyen pour les fournisseurs de mieux appréhender l’achat public

Jean-Marie Mathy

Le succès aidant, le ministère des Armées a décidé de passer un contrat avec la société Excellianz afin de commercialiser en 2020 des formations basées sur le jeu. « L’objet de notre accord avec le Ministère des Armées vise à former, accompagner et conseiller autour du jeu acteurs publics et privés pour favoriser les partenariats public-privé. Selon les besoins des uns et des autres, le jeu est déployé en sur mesure comme support dans l’animation et la réflexion des équipes sur le déploiement de la stratégie achat, à travers la mutualisation par exemple, ou encore le rôle de chacune des personnes dans le processus achat par exemples » explique Jean-Marie Mathy, son directeur conseil.

« Excellianz a constitué une communauté d’experts qu’elle cherche à faire grandir. Ces experts sont issus à la fois de ministères, collectivités territoriales, de la fonction hospitalière pour accompagner les acteurs publics sur la performance achats et du secteur privé pour oser la commande publique et comprendre les besoins de l’acheteur » précise-t-il. Le jeu dispose désormais d’un site internet et même de sa propre page sur LikedIn.

Le site du jeu de la commande publique

Réagir à cet article

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *