Un élève directeur d’hôpital plongé au cœur des achats en pleine crise Covid

Ronan Fleckstein ne risque pas d’oublier son premier stage de sa formation de directeur d’hôpital à l’Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique (EHESP). Depuis mars 2020, son stage d’observation de trois mois s’est transformé en stage opérationnel en soutien à Julie Corberand, directrice des services économiques et logistiques du centre hospitalier Delafontaine à Saint-Denis (93). Il partage avec nous son bilan à chaud et sa vision des achats et de la logistique à l’hôpital.

© DR
santé-achat.info : En tant que nouvel arrivant dans le monde de l’hôpital, qu’avez-vous découvert sur le monde des achats et de la logistique ?

Ronan Fleckstein : « Mon stage au centre hospitalier Delafontaine de Saint-Denis m’a permis de voir le caractère tout à fait stratégique des directions logistiques et des achats à l’hôpital, qui sont parfois peu connues des services de soins. Leur objectif commun est de garantir la disponibilité des matériels indispensables aux activités médicales et de soins. Cela concerne aussi bien les équipements de protection (masques, lunettes, blouses), les appareils médicaux comme les respirateurs ou bien les médicaments de réanimation.

Cet aspect stratégique s’est trouvé renforcé dans le contexte de la crise sanitaire actuelle. L’enjeu de ces services consiste à la fois à anticiper les risques de rupture en adaptant les commandes auprès des fournisseurs et à déterminer au mieux la consommation croissante des services de soins.

Les hôpitaux sont soumis à un effet ciseau complexe : avec une difficulté d’approvisionnement dans la mesure où l’ensemble des pays du monde ont eu les mêmes besoins au même moment et une consommation de plus en plus importante liée à l’augmentation du nombre de patients covid qui nécessitent des équipements de protection en quantité plus importante que des patients plus classiques. »

santé-achat.info : Quel est le principe de la plateforme de gestion partagée des masques à laquelle vous travaillez avec Julie Corberand ?

Ronan Fleckstein : « L’objectif de la plateforme sur laquelle je travaille est d’unifier la gestion des masques au niveau du groupement hospitalier de territoire (GHT). Le Centre hospitalier de Saint-Denis en tant qu’établissement support du GHT Plaine de France dispose d’une situation privilégiée pour gérer un tel dispositif.

Sont concernés par cette plateforme les établissements sanitaires partenaires, les EHPAD, les établissements médico-sociaux (foyer d’accueil, ESAT, SSIAD etc.) et les sociétés d’ambulances. Au total, nous en sommes en lien avec plus de 300 acteurs de santé sur le territoire de la Seine-Saint-Denis, des Hauts-de-Seine et du Val-d’Oise. 

Les masques dont nous disposons proviennent principalement des stocks de l’Agence régionale de Santé et des commandes faites par Santé Publique France. Nous avons aussi pu bénéficier de dons d’entreprises et d’institutions publiques que nous remercions chaleureusement. »

santé-achat.info : Comment cette plateforme fonctionne-t-elle concrètement ?

Ronan Fleckstein : « A l’origine, la plateforme a démarré avec des tableurs Excel fournit par l’Agence régionale de santé (ARS). Néanmoins, nous avons prévu de basculer sur un logiciel développé par Cap Gemini qui s’appelle AidLog. La liste de nos partenaires qui viennent se fournir sur le site du Centre Hospitalier nous a été transmise par l’ARS.

Elle est actualisée de manière hebdomadaire et s’est enrichie progressivement. Initialement seuls les cliniques et établissements sanitaires étaient concernés, puis les EHPAD ont été ajoutés et ainsi de suite jusqu’à atteindre aujourd’hui 300 partenaires.

Les dotations, qui montent progressivement en puissance, ont été calculées en fonction du niveau d’activité des établissements, en tenant par exemple compte du nombre d’agents et du type d’activité (comme des actes invasifs qui nécessitent l’usage de masque de type FFP2).

Je travaille avec Julie Corberand et fais le lien avec le magasin central du Centre Hospitalier, qui réceptionne les matériels et nous aide aussi à la distribution des masques. Les jours de distribution, les partenaires viennent sur site récupérer leur dotation et des membres de la cellule achat viennent en renfort pour nous aider à distribuer.

Cette plateforme s’est mise en place très rapidement, avec une réception des premiers stocks de l’ARS il y a un peu plus de quatre semaines maintenant et des distributions dans la foulée. Actuellement, on peut dire que l’organisation est rodée après une phase de calage avec l’ARS et ses différentes délégations départementales. »

santé-achat.info : En quoi votre participation à la gestion de cette crise impacte-t-elle votre vision du métier de directeur d’hôpital ?

Ronan Fleckstein : « J’ai été marqué par la réactivité qu’il a fallu avoir pour répondre aux difficultés croissantes et difficilement prévisibles liés à cette crise sanitaire. Une responsabilité majeure pèse ainsi sur le directeur d’hôpital. Au niveau logistique notamment, le directeur doit pouvoir prévenir les risques de rupture ou de déficience de matériels. Aussi, il doit faire preuve d’une grande innovation en cherchant de nouveaux canaux d’approvisionnement, dans un contexte de concurrence accrue et d’inflation des prix des produits. »
Réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *