Sandy Ptak, nouvelle responsable des services économiques du CH Denain

Venue du CH de Saint-Quentin où elle était responsable des achats et des investissements depuis novembre 2017, Sandy Ptak a pris, en janvier, le poste de responsable des services économiques, logistiques et techniques de l’hôpital de Denain. Après une douzaine d’années d’expérience professionnelle dans l’achat public, elle donne son sentiment sur l’évolution du métier.

santé-achat.info : Vous aviez étudié les achats dès votre formation initiale avec une licence achats-approvisionnements et un DU d’acheteur public à l’université de Lille. Pourquoi avez-vous été attirée particulièrement par cette matière ?

 

Sandy Ptak : « Les achats rassemblent tellement de sujets, de variétés disciplinaires et nécessitent une curiosité sans limite ainsi qu’un goût prononcé pour la conduite de projet. Les enseignements théoriques ne sont bien sûr pas toujours applicables sur le terrain faute de temps, mais le plaisir de satisfaire un utilisateur final est déjà un bel accomplissement. Enfin, il s’agit d’une matière qui ouvre sur d’autres sujets tout aussi passionnants. »

 

santé-achat.info : Cela fait près de 12 ans que vous travaillez dans l’achat public, avec des postes de coordinatrice des achats à la CAF du Nord, de directrice adjointe des achats et de la logistique au CH de Cambrai et de responsable des achats à la CPAM de Lille, quelles sont, selon vous, les évolutions majeures qu’a connu ce métier pendant la dernière décennie ?

 

Sandy Ptak : « L’évolution principale de la fonction achat se constate dans la prise de conscience et la volonté de lui donner une véritable identité dans nos organismes publics. En ce sens, nous avons assisté et accompagné une nette montée des compétences des équipes. Auparavant dans la majorité des structures publiques, il existait des personnes faisant de l’achat. Aujourd’hui, le poste d’acheteur est reconnu et tient sa place.

La seule compétence de juriste ne suffit plus à acheter. Il existait une confusion entre l’acte d’achat (le projet) et l’outil juridique (le code des marchés publics). Cela va de pair avec une prise de conscience de l’importance du rôle de l’acheteur dans la satisfaction finale de l’utilisateur du besoin. De  » Nous devons passer un marché pour répondre à un besoin «  nous sommes passé à « Entamons ensemble une démarche de projet achat« , souvent autour d’un groupe d’acteurs pluridisciplinaires. Acheter juste et ne pas subir l’achat, avoir la main dans une négociation lorsque cela est possible, et suivre les fournisseurs en sont les principales conséquences.

Ensuite, la seconde évolution majeure se situe dans la transformation des organisations et le poids de plus en plus important des centrales et des structures créées ad hoc (GCS) afin de répondre massivement aux besoins groupés, et par là même, un bouleversement des rôles et missions de chacun au sein des institutions : l’équipe achat tient alors un rôle de véritable coordonnateur et d’aide à la traduction du besoin entre le terrain et ces groupements. »

santé-achat.info : Comment avez-vous vécu la crise sanitaire dans votre précédent poste à Saint-Quentin ?

Sandy Ptak : « À Saint-Quentin, les équipes et moi avons vécu la crise mais nous ne l’avons pas subie. Le centre hospitalier a su se montrer d’une agilité incroyable. Chacun a trouvé sa place au sein de cette crise et ce qui nous relie profondément – satisfaire au mieux les besoins des soignants- a été le ciment du plan d’action spontanément mis en place.

Nous avons trouvé, dans l’urgence, des solutions de substitutions en termes d’équipements de protection individuelle en raison de grosses difficultés d’approvisionnement de nos fournisseurs habituels. Plus que jamais, le relationnel fournisseur, l’effervescence des réflexions de groupe, toujours en lien avec les hygiénistes face à un phénomène que nous n’avions jamais connu, ont eu raison de cette crise en termes d’achat et d’approvisionnement et nous sommes parvenu à protéger en EPI les équipes soignantes.

Chacun s’est mis à disposition de l’autre et de cet objectif commun. J’ai beaucoup appris de cette crise, de mes collaborateurs et de la capacité d’une organisation à se remettre en question face à l’urgence. »

santé-achat.info : Quels sont les chantiers prioritaires au CH Denain ?

Sandy Ptak : « Il y a, entre autres, la création d’une Unité de surveillance continue (USC), permettant la surveillance rapprochée d’un patient, la poursuite du chantier du bâtiment gériatrique permettant de renforcer l’offre de soins, et d’améliorer la qualité d’accueil des patients, le renforcement des spécialités chirurgicales et médicales. Mais aussi la préparation de la nouvelle procédure de certification, ainsi que la poursuite des coopérations au sein du GHT du Hainaut Cambrésis. »

 

 

Réagir à cet article

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *