Les apports d’un MBA achats pour la montée en compétence

Valérie Prinet, directrice achats du CH de Charleville-Mézières et du GHT Nord Ardennes, vient tout juste de terminer un MBA « manager des achats ». Elle explique pourquoi elle a suivi ce type de cursus et quels bénéfices la formation lui apporte, ainsi qu’à son équipe et son établissement.

© Epictura / denisismagilov
Comment avez-vous choisi votre formation et comment a-t-elle été financée ?
Valérie Prinet : « Je travaille à l’hôpital depuis 35 ans avec un parcours plutôt généraliste et juridique jusqu’en février 2015, date à laquelle il m’a été proposé de prendre la direction des services économiques. Or, je n’avais que des notions sur les achats et j’ai souhaité me former. En 2016, j’ai commencé par une certification « les 100 heures de l’achat » organisée en partenariat par Grenoble Ecole Management et l’EHESP (Ecole des hautes études en santé publique).

Cette formation s’articulait en 6 modules répartis une semaine par mois. Les objectifs de cette certification visaient à se former à la performance en achat, ouvrir son horizon de la fonction achat-approvisionnement, connaître, savoir utiliser les méthodes et techniques issues du monde de l’entreprise, savoir se positionner dans la fonction achat, adapter cette approche au contexte hospitalier et médico-social public, se créer un réseau d’acheteurs hospitaliers.

Il s’est avéré qu’un des intervenants était le directeur pédagogique du MBA « Manager des achats » de l’Institut Léonard de Vinci (ILV) à La Défense. Le sujet de la poursuite vers un Master Achats a été évoqué lors de ma soutenance d’obtention de la certification. L’idée a fait son chemin. Encouragée par mon directeur général, j’ai pu intégrer l’ILV en octobre 2018. Cette formation a été prise en charge complètement par l’établissement hospitalier où j’exerce, dans le cadre du plan de formation. J’ai suivi cette formation, sur un an, en « part-time » avec des sessions d’une semaine par mois. Je viens de terminer ce MBA. J’ai en effet soutenu ma thèse le 13 novembre 2019. »

Pourquoi l’avez-vous suivie ?

Valérie Prinet

Valérie Prinet : « Ayant un statut d’attaché d’administration hospitalière, j’occupe des fonctions de directrice achats, non seulement au sein de l’établissement où j’exerce, mais également au niveau du groupement hospitalier de territoire (GHT). Mon établissement est « établissement support » et je coordonne la fonction achats mutualisée du GHT, après l’avoir mise en place. La fonction achats mutualisée a été instaurée en janvier 2018, avec les ressources internes du GHT. Il n’existait pas d’acheteurs en tant que tels. Il a d’ailleurs été nécessaire de définir la différence entre un acheteur et un gestionnaire de commande. Puis, une cellule territoriale des marchés ainsi qu’une cellule achats également territoriale ont été créées. Des procédures et des outils Excel ont été rédigés ainsi qu’un référentiel commun des achats du GHT.

Cependant, bien que les débuts aient été prometteurs, ces procédures et outils ne sont pas appliqués et cette nouvelle fonction achats mutualisée n’est pas suffisamment mature et efficiente. Quant à la montée en compétences des acheteurs, celle-ci se met en place progressivement.  Certains d’entre eux ont pu suivre une formation d’acheteurs via l’ANFH (Association nationale pour la formation permanente du personnel hospitalier). Dans un tel contexte, j’ai souhaité suivre une formation de manager des achats, d’une part, pour gagner en crédibilité auprès de mon équipe et de ma direction. D’autre part, le second objectif recherché consistait à faire partager les connaissances acquises.

En effet, forte du constat, – qui fait d’ailleurs l’objet de ma thèse -, qu’il est essentiel, pour augmenter la performance achats du GHT, de disposer d’acheteurs formés, reconnus, outillés et dédiés à leur mission, j’ai souhaité faire profiter mon équipe des bénéfices de ma formation. J’envisage en effet de mettre en place des ateliers, en interne, pour dispenser les bonnes pratiques et utiliser la boîte outils de l’acheteur. L’objectif est de permettre aux acheteurs de gérer leur portefeuille, challenger le besoin et jouer leur rôle dans la recherche de la performance achats du GHT. »

Quel est votre retour sur ce MBA ?

Valérie Prinet : « J’ai trouvé très intéressant sa mixité. La promotion était constituée de jeunes alternants ainsi que de personnes d’expérience qui, comme moi, avaient souhaité se former. Certains d’entre eux exerçaient au sein d’entreprises privées pour la plupart, avec une fonction achats mature. Cela s’est avéré très enrichissant. Autre atout : le fait que les intervenants soient des personnes de terrain, qui avaient été acheteurs dans différentes entreprises. Ils pouvaient nous amener un aspect très pratique et nous exposer de manière concrète, à travers des anecdotes et leurs expériences, les objectifs recherchés. Enfin, la mise en œuvre de groupes de travail permettait de mettre en pratique la théorie acquise.

Ce MBA est une première pierre à l’édifice pour atteindre mes objectifs et permettre au GHT de bénéficier d’une fonction achats plus efficiente et performante. Cette finalité s’inscrit totalement dans le cadre de la stratégie institutionnelle du GHT ainsi que du programme Phare, initié dès 2011 par la DGOS et qui porte la dynamique nécessaire à l’essor et à la structuration de la fonction achats au sein des hôpitaux. »
Réagir à cet article

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.