Franck Bonnet : de la carrière des armes à la stratégie des achats

Nouveau directeur adjoint du centre hospitalier d’Aurillac, en charge des achats de la logistique et des travaux, Franck Bonnet présente un parcours atypique comme on les aime. L’ancien directeur des achats du GHT d’Eure-et-Loir est arrivé dans l’établissement support du GHT du Cantal au printemps dernier en affirmant : « mon métier, c’est le service public ». Quand cet ancien officier parle des achats comme une fonction “stratégique“, cela semble faire écho à sa carrière militaire.

Convaincu de la puissance du levier de la performance des achats, Franck Bonnet a enchaîné, à 57 ans, plusieurs vies professionnelles : l’armée de terre, les services communs, la garde républicaine, la gendarmerie départementale, une administration centrale, la haute administration, la fonction publique hospitalière et un détachement sur emploi fonctionnel de la fonction publique territoriale…

Engouement pour les marchés publics

En 2013, l’ancien chef d’escadron de gendarmerie a intégré par reconversion le cadre d’emploi des directeurs d’hôpital hors classe. Arrivé il y a quelques semaines au centre hospitalier Henri Mondor d’Aurillac, Franck Bonnet est loin de ressentir cette affectation comme une étape de plus dans son parcours. Il y voit plutôt l’opportunité d’un nouveau départ. Mais cela interroge : que s’est-il passé entre le centre hospitalier de Chartres et celui d’Aurillac pour qu’il ait pu acquérir une telle sensation ? Une formation diplômante de responsable des achats, qu’il ressent comme une véritable révélation.

Cette réponse insolite nécessite de remonter dans le temps pour comprendre. Depuis son entrée dans la fonction publique hospitalière en 2009, Franck Bonnet a le plus souvent été affecté sur des postes de gestionnaire où ses compétences juridiques ont facilité son acculturation aux marchés publics. Il ne cache pas son engouement pour cette matière où la maîtrise des connaissances, la tactique procédurière et la stratégie des achats trouvent une résonance avec sa formation d’officier d’état-major. La sécurité juridique, son credo, exige de la rigueur et alimente son souci constant : « Être sérieux sans se prendre au sérieux ! ».

Répondre aux attentes des services

De poste en poste, Franck Bonnet dirige les cellules des marchés publics dont il a la responsabilité : « Je veille toujours scrupuleusement à être présent sur objectif afin qu’il ne manque jamais un marché public pour satisfaire les demandes d’achat des services hospitaliers ». En 2016, comme il le confie, son activité est profondément chamboulée : « La mise en œuvre de la loi “Touraine” a bouleversé mon activité, j’étais directeur des services économiques du Centre hospitalier de Chartres quand celui-ci est devenu l’établissement support du GHT d’Eure-et-Loir, je me retrouve quelques mois plus tard directeur des achats des six hôpitaux euréliens dont le montant des titres 2 et 3 s’élève à 110 M€ par an ».

Dès sa nomination, et plus encore à l’ouverture de la fonction support achat mutualisée, le 1er janvier 2018, une question le taraude : « Comment peut-on diriger les achats de six hôpitaux sans avoir été formé à cela ? ». En septembre 2019, à 54 ans, il reprend donc les études. La formation qu’il reçoit à la Cegos lui permet d’obtenir un diplôme de niveau 6 de “Responsable des achats” : « Je perçois aujourd’hui cette formation exigeante comme une jubilation, dit-il, j’ai compris que je n’avais jamais été un directeur des achats, mais plutôt un directeur de la commande publique ! ». Franck Bonnet saisit aussi plus précisément la différence entre achats et approvisionnements : « deux notions complémentaires (notion de continuum) mais distinctes et trop souvent amalgamées ».

Le concept d’hôpital étendu

Les choses sont désormais claires dans son esprit : « La fonction achats comporte bien plus de composantes que la seule commande publique, explique-t-il, budgétisation des achats, stratégie, recueil des besoins, marketing interne, marketing externe, sourcing et, enfin seulement, commande publique, avant la phase des approvisionnements ».

Pour Franck Bonnet, la fonction achats est très explicitement le pilotage des fournisseurs. Elle fait appel à un concept en devenir, celui de “ l’hôpital étendu” comme il existe déjà la notion “d’entreprise étendue” : « Les limites d’un établissement ne sont plus à ses portes, elles sont désormais aux confins de ses diversifications horizontale et verticale, explique-t-il, le responsable des achats peut potentiellement être un proche collaborateur du directeur général. Il est opportun qu’il parle en permanence avec tous ses collègues de l’équipe de direction. Il peut ainsi être en capacité d’aider le directeur général à négocier les écueils pour que l’activité de l’hôpital ne ralentisse pas, voire ne s’arrête pas, pour une raison extérieure ».

Première étape pour le nouveau directeur des achats, de la logistique et des travaux du Centre hospitalier d’Aurillac : réaliser la cartographie des achats de l’établissement à partir des milliers de factures des exercices 2019, 2020 et 2021. Son ambition déclarée : « Rapporter plus d’argent à l’établissement que je ne vais lui en coûter par ma rémunération ».

 

Réagir à cet article

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.