Aurore Chiché a rejoint le CH Mayotte

Jusqu’ici directrice des achats du GHT de la Nièvre, où elle a installé la fonction achat mutualisée, Aurore Chiché a quitté les terres bourguignonnes pour l’Océan Indien. Elle est, depuis le début septembre, directrice adjointe chargée des achats et de la logistique au centre hospitalier de Mayotte.

C’est un parcours classique d’une personne attirée par la « chose publique » : après une hypokhâgne, Aurore Chiché entre à Sciences Po (IEP de Paris) et obtient un master affaires publiques. Malgré plusieurs expériences dans des collectivités territoriales, c’est finalement vers le domaine de la santé qu’elle s’oriente.

Durant sa scolarité à l’EHESP (D3S) en 2015-2016, elle est amenée, lors son stage au CH de Versailles, à se pencher sur la logistique en réalisant une étude des flux entre l’hôpital et l’EHPAD. « Il n’y avait pas de dysfonctionnements majeurs, mais j’ai suggéré un plus grand contrôle du suivi des marchandises et une meilleure coordination entre les services et les livreurs, aussi bien pour la réception que les horaires de livraison », se souvient-elle.

Définition de la gouvernance de l’achat territorial au GHT 58

En janvier 2017, elle prend son premier poste, comme directrice adjointe chargée des ressources humaines et des affaires générales au CH de Sainte-Maure-de-Touraine, tout en observant déjà le sujet des achats et de la logistique avec intérêt. « Il s’agit d’un travail diversifié, de missions transversales en lien avec toutes les directions fonctionnelles. C’est un poste qui permet de toucher à tout, comprenant aussi une facette finances et RH ».

C’est pourquoi elle n’hésite pas, onze mois plus tard, à prendre le poste de directrice des achats du GHT de la Nièvre, couplée à celui de directrice-adjointe chargée de l’équipement, des travaux, des services économiques et logistiques de 8 établissements. Lorsqu’on lui demande quel a été, selon elle, son morceau de bravoure – ou sa botte de Nevers – elle répond du tac au tac : la fonction achat mutualisée. « J’ai défini sa gouvernance, institué un comité achat, constitué 11 filières avec à leur tête un responsable et des acheteurs ». Au bout de presque 3 ans, elle décide de découvrir d’autres horizons. « Il ne faut pas rester indéfiniment dans un poste, mais changer pour apporter ses expériences multiples à un autre établissement. »

Changement de décor à Mayotte

Elle se trouve depuis le mois de septembre à des milliers de kilomètres de la capitale de la faïence puisqu’elle a choisi de rejoindre le CH de Mayotte comme directrice des achats, de la logistique et du biomédical. Un changement de décor radical. « C’est une expérience de vie différente », reconnaît-elle. Avec des contraintes atypiques par rapport à la métropole (lire notre article du 23 avril 2020) en termes de logistique. « Nous sommes loin de tout. Il faut réfléchir différemment en termes d’approvisionnement et de stocks ».

Plusieurs chantiers sont inscrits à son programme : le transfert de bâtiment d’un centre de références en assurant la permanence des soins, la mise en œuvre d’un plan de mobilité, la pérennisation de l’avion sanitaire et de l’Hélismur et à plus long terme, la construction du nouvel hôpital.

Réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *