RSE : l’hôpital Foch veut accélérer la cadence

Déjà très engagé dans une démarche de développement durable, l’hôpital Foch veut aller encore plus loin en 2023 pour devenir un établissement toujours plus vert. Dans le domaine de la revalorisation des déchets, il veut par exemple transformer les DASRI en broyat solide, matière utilisée ensuite pour du chauffage urbain.

© Epictura

6,3 tonnes de biodéchets valorisés en méthane de chauffage ou énergie électrique, 18,8 tonnes de carton recyclés, soit 4,7 tonnes d’équivalent CO2 économisés, plus de 5,8 tonnes de marc de café transformées en allume-feu ou bûches de chauffage, plus de 749 kilos de tetrapak recyclés en 2022, notamment les bouteilles de lait utilisées pour les petits-déjeuners des patients, dont 348 kilos ont été valorisées en essuie-tout ou autres produits… Afin de maintenir la biodiversité, l’hôpital a installé six ruches sur ses toits, ainsi que des hôtels à insectes alentour.

Très impliqué en matière de développement durable, l’hôpital Foch recherche aussi à limiter ses consommations. Les ampoules de ses éclairages sont progressivement remplacées par des LED. Des détecteurs de présence permettent un éclairage de l’extérieur de l’hôpital uniquement en cas de besoin. Les anciennes chaudières ont été récemment remplacées, avec investissement de 2 millions d’euros à la clef.

Le développement durable inscrit dans le plan stratégique

Pour autant, l’établissement francilien souhaite non seulement que ces activités aient le moins de conséquences négatives possibles sur l’environnement,  mais aussi qu’elles génèrent des impacts positifs. L’établissement a donc décidé d’accélérer ses efforts pour faire du développement durable un « mode de vie quotidien », selon les propres mots de son directeur général Jacques Léglise.

Dans le but d’en faire un levier d’amélioration de ses pratiques, mais aussi de cohésion pour les équipes, l’Hôpital Foch a inscrit le développement durable dans son plan stratégique pour 2023. Avec des actions dans quatre domaines : l’économique (politique d’achats responsable volontariste), le social (QVT, mobilité douce…), le sociétal qui prend en compte les besoins des acteurs extérieurs (riverains, fournisseurs…) et l’environnemental.

Les DASRI transformés en broyat solide

Composé de manière pluridisciplinaire (médecins, cadres de santé, pharmacien, acheteur, responsable des services techniques…), un comité développement durable se réunit 4 fois par an pour proposer et évaluer des projets.

En 2023, le traitement interne des DASRI (300 tonnes par an) transformera les déchets en broyat solide (copeaux) lesquels seront mis à disposition d’une entreprise locale, employant des personnes en situation de handicap. La matière servira à chauffer des logements sociaux entre Argenteuil et Bezons.

Réagir à cet article

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.