Les acheteurs publics responsables occitans ont désormais leur réseau

Mailler le territoire de réseaux régionaux est l’un des objectifs affichés du PNAD 2022-2025. C’est chose faite en Occitanie. La nouvelle structure assurera un « conseil minute » dès l’automne prochain.

Officialisation du réseau le 5 juillet

Si le Plan national pour des achats durables (PNAD 2022-2025) se veut le plan d’accompagnement du « dernier km », les réseaux régionaux d’acheteurs publics en sont incontestablement les GPS, essentiels pour sensibiliser, aider à l’exploration et guider sur la bonne route : Reseco (Grand Ouest), Ran Coper (Normandie), A3R (Nouvelle-Aquitaine), Maximilien (Ile-de-France), Apure (Hauts-de-France), AURAEE (Auvergne-Rhône-Alpes) ou Territoires durables (PACA). Ils sont désormais rejoints par un nouveau groupe, dont la naissance vient d’être officiellement annoncée en Occitanie.

« Cette création formalise et consacre un an de travail de préfiguration mené par l’ADEME et la Région Occitanie, avec le concours d’un groupe de travail réunissant 25 entités publiques d’univers, dimensions et profils différents », se félicite Charlotte Parent, référente économie circulaire à l’ADEME, citant pêle-mêle les métropoles de Toulouse et Montpellier, le conseil départemental de l’Hérault, les communes de Blagnac et de Ramonville, les agglomérations du Pays de l’Or et du Grand Narbonne ou encore le GHT Ouest Audois, l’Université fédérale de Toulouse Midi-Pyrénées, le Syndicat mixte de collecte et de traitement des déchets DECOSET et les services de l’État…

Une commande publique régionale estimée à 8 milliards d’euros

Appuyée par les financements du Commissariat Général au Développement Durable, la structure naissante sera maintenant incubée par l’association Synethic, qui épaule déjà les acheteurs publics occitans dans leurs démarches responsables depuis de nombreuses années. Elle devra, au fil des mois, trouver sa structuration juridique, sa gouvernance et son modèle économique.

Mais pendant les travaux, le service continue : « un animateur recruté en septembre/octobre assurera un « conseil minute » et déploiera l’assise du réseau, notamment via la plateforme communautaire RAPIDD », confie ainsi Charlotte Parent. À l’origine d’une commande publique avoisinant les 8 milliards d’euros en 2019 et dont les trois quarts reposent sur l’État, les collectivités et leurs groupements, plusieurs centaines d’adhérents sont potentiellement attendues.

Réagir à cet article

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.