Le référentiel HQE pour les hôpitaux se refait une santé

En quinze ans, le concept de développement durable a beaucoup évolué. Et si ses fameux piliers restent identiques – aspect social, économique et environnement – leur édification réclame de nouvelles fondations. Une mise à jour du référentiel HQE Bâtiment Durable s’imposait donc aux établissements de santé. Ce cru 2022 sera proposé à compter de l’automne prochain. Présentation.

© Epictura

« Il faut que tout change pour que rien ne change » Passé à la postérité grâce au cinéma, le célèbre aphorisme de l’auteur italien Lampedusa ne s’applique pas qu’aux mouvements politiques, loin s’en faut. Pour continuer de vivre dans un environnement soutenable, nos comportements doivent aussi constamment évoluer. Aussi, après près de quinze ans d’existence, le référentiel HQE Bâtiment Durable des établissements de santé a donc, lui aussi, été totalement revisité pour servir une modification profonde de l’approche durable du secteur.

Bâti en collaboration avec les sociétés d’études spécialisées Oasiis et AIA Life Designers, ce nouveau référentiel a été présenté pour la première fois lors des 62e journées d’études des ingénieurs hospitaliers de France par CERTIVEA, filiale du groupe CSTB (Centre scientifique et technique du bâtiment) et seul certificateur français mandaté par l’Alliance HQE-HBC pour les bâtiments non résidentiels.

Dix-huit mois de genèse

Christophe Gérard © CERTIVEA/B.Taboureau

« Depuis 2008, date du dernier référentiel, de nouveaux enjeux et préoccupations sont apparus, à commencer par l’adaptation au changement climatique et la limitation des impacts, mais aussi la pénurie des ressources, l’évolution des pratiques – digitales comme managériales – ou encore la nécessité de traiter à la fois la construction neuve, la rénovation et l’exploitation des bâtiments », introduit Christophe Gérard, directeur technique et innovation au sein de l’organisme de certification.

Pour conduire leurs opérations immobilières, anticiper les réglementations et porter leur image, les établissements de santé appelaient par conséquent un nouveau cadre. À l’initiative de CERTIVEA, quatorze groupes de travail composés de professionnels (ANAP, AP-HP…) ont donc planché durant dix-huit mois pour restructurer les domaines d’intervention, élargir les champs d’investigation et approfondir les sujets initialement traités, le tout – bien sûr – dans le cadre des nouvelles politiques publiques en la matière : Greendeal et Taxinomie à l’échelle européenne, RE2020 et décret tertiaire pour la France.

22 thèmes à satisfaire

Plusieurs thématiques nouvelles se sont ainsi imposées à l’investigation, « comme la biodiversité, l’adaptation au changement climatique, l’analyse en cycle de vie, l’accessibilité pour tous ou encore les services apportés par l’hôpital et à proximité ainsi que l’impact de l’établissement sur l’économie locale », énumère Christophe Gérard.

Autres prérequis introduits, « le commissionnement (réglage des équipements techniques), pour garantir un fonctionnement du bâtiment conforme aux prévisions, et l’adaptabilité, qui consacre les possibilités d’un futur renouvellement sur site dorénavant indispensable au vu des contraintes foncières. Au final, et dans le cadre inchangé des quatre engagements majeurs définis par l’Alliance HQE-GBC – qualité de vie, respect de l’environnement, performance économique et management responsable – les thèmes à satisfaire sont ainsi passés de 14 à 22, déclinés sur un périmètre élargi à l’exploitation (angle « bâti » et « gestion »).

Du CHU à l’Ehpad

Privilégiant la performance aux moyens (par exemple le nombre de kWh/m2/an plutôt que celui de panneaux solaires), la méthode de notation a, elle aussi, été entièrement renouvelée. « Divisé en exigences et indicateurs, chaque thème sera d’abord noté en fonction du pourcentage de points atteint au regard du total possible, de A (supérieur ou égal à 85 %) à F (moins de 10 %), sachant que C constitue la note minimale pour du neuf (correspondant à un bâtiment standard) et que le F est rédhibitoire », détaille Christophe Gérard.

En parallèle, le volet management sera évalué en niveau de maturité (M1, M2, M3), l’ensemble de l’évaluation des performances ainsi atteintes étant – pour finir – traduites en un niveau en étoile sur chaque engagement (comparable avec le système antérieur) et en un niveau global : performant, très performant, excellent, exceptionnel.

Bâtie sur une arborescence adaptée à chaque type d’établissement (CHU, Ehpad, cliniques…) et fonction du contexte opérationnel comme du périmètre de responsabilité du demandeur, la certification HQE Bâtiment Durable version 2022 sera consultable à compter de mi-juillet sur la plateforme ISIA de l’organisme et opérationnelle dès la fin d’année. Elle promet par ailleurs d’être désormais régulièrement réactualisée selon un processus collaboratif. Parce que seul le transitoire est véritablement durable.

 

Pour plus d’information

Réagir à cet article

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.