Le GCS achats Nouvelle-Aquitaine, tête de pont de l’achat durable

Rédaction d’une charte, constitution d’un réseau régional de référents, échanges de bonnes pratiques, constitution d’une boîte à outils… Associé à l’ARS, le GCS achats de Nouvelle-Aquitaine met le paquet pour promouvoir l’achat durable auprès des établissements sanitaires et médico-sociaux de son territoire.

© Epictura

En Nouvelle-Aquitaine, l’achat public sanitaire et médico-social va rimer avec durable. À la demande et en lien étroit avec l’ARS, le GCS régional dédié aux achats et né à l’automne 2020 (lire notre article du 19 novembre 2021) a concocté un plan destiné à donner un coup d’accélérateur aux achats responsables.

Une charte rédigée et validée collectivement

Dans le domaine, quel est le degré de maturité de la région ? « Les établissements sont très sensibles au sujet », assure Stéphanie Fleureau, directrice exécutive du GCS, « certains sont plus avancés que d’autres. Tout dépend des personnes et des personnalités. Mais la base est de qualité et la charte permettra de consolider l’ensemble. »

Une initiative menée parallèlement aux travaux de la DGOS pour pousser l’achat durable. « C’est le hasard des choses », précise Stéphanie Fleureau. En juin dernier, un groupe de travail, composé d’une dizaine de professionnels, commence à réfléchir aux initiatives et outils possibles. Premier de cordée, une « charte pour la promotion des achats publics durables hospitaliers et médico-sociaux » (à télécharger) est mise au point et validée par l’ensemble des directions achats des GHT.

Huit engagements

Ses signataires – les 12 GHT – prennent huit engagements. Ils promettent, entre autres, d’adopter une stratégie globale d’achat durable et de systématiser l’approche sur plusieurs familles. « Une enquête menée auprès des établissements a permis de mettre en lumière les segments jugés prioritaires : les transports, les déchets, l’entretiens des espaces verts, le bâtimentaire, les produits frais alimentaires, et ce qui est lié à la petite enfance et la maternité », énumère Vincent Martinez, directeur-adjoint du GCS. « Il s’agit d’éviter de se disperser », argue Stéphanie Fleureau, « mais la démarche n’est pas absolument pas limitative ».

Autre point important, le document inclut l’évaluation des politiques menées grâce à des indicateurs de suivi et un point de situation dans les rapports annuels. Les « chartistes » garantissent aussi que leurs équipes monteront en compétence sur la question. Bien connu dans la région, le réseau associatif 3AR, regroupant une cinquantaine d’acheteurs publics, auquel a adhéré l’ARS, va former au moins deux personnes par GHT.

Constitution d’un réseau territorial

Un référent « achat durable » dans chaque GHT sera désigné au cours du 2e trimestre 2022. Également membre du groupe national « experts achats responsables » de la DGOS, Vincent Martinez, se chargera d’animer ce réseau régional : « L’objectif est de faciliter l’échange de bonnes pratiques entre professionnels et de se constituer une boîte à outils. »

« Socle de départ, cette charte outil, pointe d’huile dans les rouages, et la création de ce maillage régional vont permettre de disséminer les bonnes actions et d’entrer dans un achat durable et performant, satisfaisant pour tous. Grâce à cette structuration de la communication et de l’accompagnement, nous allons déclencher un effet boule de neige en valorisant les actions faites auprès des équipes achats, des directions achats et des directions générale », espère Stéphanie Fleureau.

Réagir à cet article

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.